Institutions et abus

Tout ce qui n'est pas traité dans les autres forums du site et qui concerne le violoncelle ou la musique en général.
Répondre
Djip
Messages : 1915
Enregistré le : dim. juin 13, 2004 5:43 pm

Institutions et abus

Message par Djip » sam. mai 08, 2021 9:11 am

Bonjour,
J'ai vu passer hier cette vidéo que je me permets de partager ici, car son contenu me semble assez édifiant https://youtu.be/thTAVeIYyzs

Avatar du membre
JBap
Messages : 11619
Enregistré le : sam. sept. 10, 2005 12:27 pm
Localisation : Munich (mais de Grenoble !)

Re: Institutions et abus

Message par JBap » sam. mai 08, 2021 6:12 pm

Dans l'article cité en début de vidéo : "pour rentrer dans un conservatoire, à un certain niveau, il ne suffit pas de travailler et de se présenter au concours. Il faut connaître le professeur avec qui l’on souhaite travailler."
Je trouve cela bien moins vrai au CNSM que dans les grandes écoles étrangères. En effet, le jury n'est que partiellement composé de certain.e.s professeur.e.s, et le/la président.e est extérieur.e à l'établissement. Quand j'ai étudié là-bas, s'il est vrai que beaucoup (comme moi) connaissaient déjà leur professeur.e avant d'entrer dans sa classe, il y avait toujours plusieurs étudiant.e.s qui entraient et que personne ne connaissait. Souvent des étranger.e.s, je me souviens de 2 Khasaques, un Coréen... Rien que dans mon année. Ça n'arrive pour ainsi dire jamais dans les autres hautes écoles européennes, où il est impératif de faire connaissance avec son ou sa professeur.e avant de vouloir prétendre rentrer dans sa classe, car ce sont lesdit.e.s professeur.e.s qui choisissent directement qui iels veulent dans leur classe.
D'un côté ce système est bien plus juste, d'un autre côté cela a créé des situations très difficiles, avec des étudiant.e.s rentrant dans la classe d'une.e professeur.e qu'iels ne connaissaient pas, et inversement, et il y a eu des clashes humains, des changements de classe en cours de cursus etc... Il n'y a pas de bon ou de mauvais système.
Et que les "pauvres" soient sous-représenté.e.s, pardon mais c'est complètement faux. Les meilleurs éléments étaient souvent des gens de l'Est, venu.e.s avec 3 Francs six sous, et surtout avec la rage de réussir. Et grâce aux bourses et aux logements à loyer très bas à la Villette, iels pouvaient se le permettre.
Il faut aussi préciser qu'être prof au CNSM, c'est prestigieux, mais c'est payé peanuts par rapport à un poste de CRR. Au CNSM, les profs sont contractuel.le.s, et n'obtiennent une titularisation (et une légère augmentation qu'au bout de (je crois) 20 ans de maison. Je ne veux pas spéculer sur leur déclaration ou non aux impôts de ce qu'iels gagnent avec les cours particuliers, je n'en sais rien. Et c'est vrai qu'iels font l'essentiel de leurs revenus annuels avec les stages d'été. Mais j'ai aussi assez d'exemples de profs qui, croyant au talent de tel.le ou tel.le élève, ont donné de leur temps gratuitement et sans compter pour les aider.
Pour résumer, je trouve ce témoignage particulièrement aigri et factuellement partiellement faux.
Les critiques sont comme les eunuques : ils savent, mais ne peuvent pas. S. Guitry

Djip
Messages : 1915
Enregistré le : dim. juin 13, 2004 5:43 pm

Re: Institutions et abus

Message par Djip » dim. mai 09, 2021 12:56 pm

Il y a du vrai dans ce que tu dis. Mais les gens qui ne connaissent personne et qui rentrent sont minoritaires. Et le système des stages et des cours particuliers bien réels. Et le harcèlement aussi. D'ailleurs, tout cela rejoint la discussion à propos de la discrimination à laquelle nous avions participé. Le problème est qu'une classe dominante se sert de sa position pour asseoir sa domination. Combien de gens passent des concours d'orchestre et vont jouer leur programme à untel ou unetelle pour simplement se montrer? Et payer très cher...
Et je ne connais pas les grilles de salaire des profs du cnsm mais ceux que j'ai connus n'étaient vraiment pas à plaindre...

Avatar du membre
JBap
Messages : 11619
Enregistré le : sam. sept. 10, 2005 12:27 pm
Localisation : Munich (mais de Grenoble !)

Re: Institutions et abus

Message par JBap » dim. mai 09, 2021 8:50 pm

Iels ne sont pour la plupart pas du tout à plaindre, car leur poste au CNSM leur permet d'être très demandé.e.s pour des stages très rémunérateurs, des masterclasses, jury de grands concours, et oui, aussi des cours particuliers. Mais ce n'est pas leur salaire du CNSM qui leur rapporte.
Pour la condition de contractuel.le, je suis assez sûr de mon coup, ayant entendu un prof ancien s'en plaindre, et je me souviens d'une pétition pour le maintien en poste d'une prof d'analyse qui s'est vue notifier le non renouvellement de son contrat annuel.
Comme je le disais : il n'y a pas de système parfait. Quand on rentre dans la classe d'un.e prof, c'est pour faire ensemble un travail sur plusieurs années. Il est essentiel qu'humainement, ça se passe bien : il va se développer une relation très personnelle entre les 2 parties, car ce ne seront que des cours individuels. Et comment savoir si le courant passe, si on ne fait pas connaissance avant ? C'est un peu un mariage temporaire, il faut pour l'un.e comme l'autre pouvoir apprécier si une relation de 3, 5, 7 ans (et parfois plus) est possible et aurait l'air enrichissant, ou non.
Alors comment faire ? Peut-être charger l'État de financer des stages, sur lesquels on entrerait en envoyant une vidéo, jugée par un jury compétent mais qui n'enseignerait pas dans lesdits stage ? Je ne sais pas, mais en attendant, il faut un moyen de pouvoir se connaître avant les concours d'entrée.

Si les gens qui rentrent sans être connus du/de la prof sont minoritaires, c'est en grande partie pour cette raison, et je trouve cela justifié. Minoritaires certes, mais réguliers ! Il y en avait chaque année quand j'étais au conservatoire. Ce qui, je le rappelle, n'est pas du tout le cas dans les autres hautes écoles, comme Genève dont il parle. Et j'ai souvenir de plusieurs cas où ça n'a pas marché du tout entre prof et élève.

Le harcèlement, c'est une autre question. Pour ce qui est de "la classe dominante", les profs ont toujours dominé les élèves, et il s'agit de ne pas abuser de cette position dominante. Mais : 100 euros un cours d'1h, où est l'abus ? Tu as vu combien tu paies un serrurier si tu as oublié tes clés à Paris, ou un plombier ? Alors oui, c'est beaucoup d'argent. Mais il est totalement faux de dire que nous serions "entre riches" au CNSM. D'une manière ou d'une autre, bourses, prof qui propose son aide gratuitement, prêts d'instruments etc, j'ai toujours été entouré de personnes des classes moyennes et même ouvrières durant mes études, vraiment. Donc quelque part, ça doit marcher.

Voilà. Pour avoir bien connu ce monde de l'intérieur, je ne veux surtout pas dire que tout est parfait. Il y a des énormes enc... chez les profs, qui se comportent comme des gourous. Et l'orientation de l'enseignement est déplorable, on t'apprend à bien jouer devant ton prof et c'est tout. Quasiment jamais de concerts, et à l'époque, uniquement les examens de 3ème année (20min) et le prix (45min) étaient publics. Mais là où est le gros scandale, je trouve, ce sont lors des concours internationaux, où si tu veux gagner (et ensuite avoir une carrière), il faut avoir travaillé avec l'un ou l'autre membre du jury. Ce milieu est réellement puant. Je me souviens de ce que m'a rapporté un ami qui était en finale du concours Tchaikowsky il y a pas mal d'années : à la fin, le membre français du jury est venu le voir, et lui a dit texto "c'est super ce que tu fais ! Si tu veux gagner la prochaine fois, viens dans ma classe.".
Les critiques sont comme les eunuques : ils savent, mais ne peuvent pas. S. Guitry

Djip
Messages : 1915
Enregistré le : dim. juin 13, 2004 5:43 pm

Re: Institutions et abus

Message par Djip » dim. mai 09, 2021 11:45 pm

Hallucinant l'histoire de Tchaikovski... ce que je pense, moi, c'est que ce système de cours et de stage est quand même un peu véreux. Et je ne savais pas que les profs du cnsm étaient contractuels, mais quand tu vois certaines histoires dégueulasses, ça ne m'étonne pas que l'institution -àcause d'une grande lâcheté c'est clair- se laisse le droit de se séparer de n'importe qui à n'importe quel moment. Certaines enquêtes font froid dans le dos, et je trouve très bien que des voix s'expriment, même si celle-ci est un peu maladroite j'en conviens.

Avatar du membre
JBap
Messages : 11619
Enregistré le : sam. sept. 10, 2005 12:27 pm
Localisation : Munich (mais de Grenoble !)

Re: Institutions et abus

Message par JBap » lun. mai 10, 2021 12:59 am

Véreux peut-être (et pas tout le temps), mais quelle alternative ? Je suis convaincu de la nécessité que les profs et élèvent puissent s'appréhender pendant un temps avant de décider de travailler ensemble pendant plusieurs années.
Les critiques sont comme les eunuques : ils savent, mais ne peuvent pas. S. Guitry

Djip
Messages : 1915
Enregistré le : dim. juin 13, 2004 5:43 pm

Re: Institutions et abus

Message par Djip » lun. mai 10, 2021 6:02 am

Pourquoi pas? Mais dans ce cas, soyons honnêtes. Il y a à peu près 8 places par an. Donc 2 par prof. Ça n'est pas tout à fait exact mais c'est une moyenne. Tu prends n'importe quel stage, il y a au moins 10 élèves. Dans ces élèves là, beaucoup prennent aussi quelques cours pendant l'année. Il est mathématiquement impossible que tout le monde rentre. Donc l'honnêteté bof... d'autant que d'après mon expérience, il y a ceux qui ont le niveau ou presque, mais aussi des gens qui clairement ne rentreront jamais et qu'on voyait 2 fois par an en stage. Bref...
Sinon, pour rentrer dans une Hochschule il faut aussi avoir recours aux stages et cours? Parce que je connais pas mal de gens qui ont bossé en Allemagne mais je ne sais pas comment se sont passées les auditions.

Avatar du membre
JBap
Messages : 11619
Enregistré le : sam. sept. 10, 2005 12:27 pm
Localisation : Munich (mais de Grenoble !)

Re: Institutions et abus

Message par JBap » lun. mai 10, 2021 10:15 am

Ben... Évidemment, que pas tout le monde ne rentre, je comprends pas le principe ? Tu irais dans un stage d'un.e prof et ça t'assurerait une place dans sa classe? Se connaître en amont est une condition nécessaire, mais pas suffisante ! Sans compter les jeunes élèves envoyé.e.s par leur prof de leur ville natale pour qu'iels se développent, et voir qu'iels ne sont pas les seul.e.s à avoir "du potentiel", ou "du talent", mais sans pour autant avoir le niveau/la volonté prochaine de rentrer au CNSM. Il le dit lui-même dans son témoignage : les meilleur.e.s rentrent.
À l'étranger, en tous cas Allemagne/Autriche/Suisse, ce sont les profs qui choisissent directement qui iels veulent dans leur classe, au contraire du CNSM. Pour les concours d'orchestre, avoir des connaissances peut un peu aider, mais vu que le concours se passe devant (presque) tout l'orchestre, même si tu en as 5 qui t'adorent, si tu ne joues pas mieux que les autres, iels ne pourront pas faire grand chose pour toi.
Les critiques sont comme les eunuques : ils savent, mais ne peuvent pas. S. Guitry

Djip
Messages : 1915
Enregistré le : dim. juin 13, 2004 5:43 pm

Re: Institutions et abus

Message par Djip » lun. mai 10, 2021 1:26 pm

Je dis juste qu'il y a beaucoup de gens qui dépensent beaucoup d'argent alors qu'il est parfois clair qu'ils auront beaucoup de mal à atteindre le niveau requis pour réussir et que les profs ne si pas toujours honnêtes vis-à-vis de celleux-ci.

Avatar du membre
JBap
Messages : 11619
Enregistré le : sam. sept. 10, 2005 12:27 pm
Localisation : Munich (mais de Grenoble !)

Re: Institutions et abus

Message par JBap » lun. mai 10, 2021 3:34 pm

Djip a écrit :
lun. mai 10, 2021 1:26 pm
Je dis juste qu'il y a beaucoup de gens qui dépensent beaucoup d'argent alors qu'il est parfois clair qu'ils auront beaucoup de mal à atteindre le niveau requis pour réussir et que les profs ne si pas toujours honnêtes vis-à-vis de celleux-ci.
Compliqué de dire à quelqu'un "arrête de venir me voir, tes prétentions sont sans espoir". Non ? Détruit-on un rêve ? Est-ce nécessaire ? À un moment, les gens sont responsables de ce qu'ils font de leur argent. En revanche, être malhonnête et dire qu'il faut que la personne vienne 2 fois/semaine et fasse tel ou tel stage en plus, alors que le ou la prof saurait qu'il n'y a pas beaucoup de perspective, ça serait un réel abus.
Mais dans les stages, moi j'ai plutôt vu le contraire : des élèves (ou leurs parents?) qui, malgré le peu d'enthousiasme du/de la prof et même des avertissements, reviennent et reviennent encore.
Les critiques sont comme les eunuques : ils savent, mais ne peuvent pas. S. Guitry

Répondre