Sécurisation et paiement cotisation

Vous avez des questions, des suggestions, des idées à soumettre à l'Association Française du Violoncelle,
vous souhaitez dialoguer sur des articles de la revue "Le Violoncelle", demander ou apporter des précisions...
Répondre
Jean-Luc
Messages : 92
Enregistré le : dim. oct. 10, 2004 6:16 pm
Localisation : 91

Sécurisation et paiement cotisation

Message par Jean-Luc » mer. mai 15, 2019 5:04 pm

Bonjour,
- pour reprendre le point déjà adressé par LaMajeur, le site peut être ouvert en http, donc les communications, mdp, etc. ne sont pas sécurisés; il faudrait n'ouvrir qu'en https;
- le bulletin d'adhésion disponible sur la page "Adhérez ..." n'est ni un pdf ni un word : quand on cherche à l'enregistrer directement, on récupère "formulaires.css" et "general.css", de peu d'utilité; heureusement, on peut faire un copier/coller dans un doc word;
- l'adhésion en ligne via HelloAsso oblige à cocher la case "J'accepte l'utilisation de mes données personnelles à des fins de validation et de suivi de mon adhésion"; dans un sens, c'est bien mais il faudrait préciser ce que sont ces fins de validation et de suivi ... ou alors créer aussi une case permettant d'interdire l'utilisation de ces données personnelles à des fins commerciales et/ou publicitaires.
Amitiés

Avatar du membre
lamajeur
Messages : 1024
Enregistré le : lun. janv. 05, 2009 12:20 pm

Re: Sécurisation et paiement cotisation

Message par lamajeur » mer. mai 15, 2019 6:27 pm

Merci Jean-Luc...
Faudrait régler ces points, un certificat à valider chez l'hébergeur.
Avec un second violoncelle, on discute, avec un piano, on obéit.

Jean-Luc
Messages : 92
Enregistré le : dim. oct. 10, 2004 6:16 pm
Localisation : 91

Re: Sécurisation et paiement cotisation - suites et commentaires à varier

Message par Jean-Luc » lun. mai 27, 2019 12:13 pm

Bonjour,

ça y est, nouvellement réabonné après - on va dire - une "certaine" absence (dont les joyeux membres de l'Association voudront bien, je l'espère, me pardonner), un grand merci pour les revues qui m'ont été envoyées.

Alors si je peux me permettre quelques commentaires - mais vas-y, je t'en prie ...

En ce qui concerne les forgotten records (revue 70), la majorité des repiquages sont issus de 33 tours, plutôt que de 78 tours. Je citerais pour exemple les sonates de Brahms par Maurice Maréchal et Jeanne-Marie Darré, éditées en 1953, sur 33 tours Pathé DTX 127, excellente reprise d'ailleurs, très proche du microsillon original - ce dernier est quand même insurpassable :) mais on doit pouvoir s'acheter une centaine de CDs Forgotten Records pour le prix du 33 tours ... quand on le trouve !

C'est vrai aussi de tout ce qui est issu des catalogues Ducretet-Thomson, Everest, Saga, etc.

Juste pour dire encore une fois, au-délà de l'intérêt remarquable de ces enregistrements, dont les originaux sont le plus souvent introuvables, que la qualité sonore de ces repiquages est exceptionnelle.

En relisant la pochette du Bach d'Annlies Schmidt, j'ai une pensée pour mon disquaire préféré et ami Rémi Vimard qui nous a quitté bien trop tôt.

Allez, encore un commentaire sur le soi-disant "spectacle de violoncelles dans une piscine" (revue 71). Fallait-il publier un article sur cette affligeante représentation ? Sur une autre page Internet, on pouvait lire que les violoncelles employés étaient tous définitivement inutilisables et voués à la casse alors que je lis, dans la revue, qu'ils ont été joués pendant le spectacle ! N'y avait-il vraiment pas mieux à faire avec ces instruments ?

Finalement, je lis qu'un spectacle, c'est "une vue d'ensemble qui éveille des réactions"; bon, je suis éveillé :oops:

Quant aux "célèbres luthiers de Crémone -qui- faisaient flotter leurs instruments dans l'eau avant de les utiliser", je demande à voir les sources de cette pensée profonde ! Oui, les luthiers crémonais utilisaient le bois d'érable charrié tout au long de l'Adige jusqu'à Venise, où de grosses quantités de ces bois étaient utilisées pour la construction des galères (source Jean-Christophe Graff in Les Violons - Lutherie Vénitienne). De là à dire que les luthiers faisaient flotter leurs instruments ... surtout "avant de les utiliser" et donc vernis ? :shock:

Mais bon, maintenant que je sais que mon biniou est fondamentalement un bateau, je comprends mieux pourquoi je joue si mal et pourquoi mon sens rythmique est si flottant - nec mergitur.

C'était peut-être mieux quand j'étais absent :wink: Trop tard.

Amitiés et bonne musique.
JLuc

Répondre