Orchestre de l'AMA à Aix-en-Provence le 02 juin 2018

Vous recherchez, vous souhaitez annoncer ou rendre compte d'un concert, d'un festival...
Avatar du membre
daguero
Messages : 1904
Enregistré le : dim. mai 09, 2010 11:11 pm
Localisation : Aix-en-Provence en semaine, Saint-Germain-en-Laye les WE

Re: Orchestre de l'AMA à Aix-en-Provence le 02 juin 2018

Message par daguero » sam. juin 09, 2018 12:20 pm

Bonjour

Je découvre vos messages avec beaucoup de gratitude. Je ressens de l'amour envers les musiciens de mon orchestre: la maman débordée devenue soliste d'un soir, l’orthophoniste qui bosse 60 heures par semaine et trouve du temps pour venir, l'entrepreneur qui doit tout surveiller et qui se trouve du temps, la prof de français qui croule sous les conseils de classe, les scientifiques et ingénieurs qui font une pause pour reprendre les instruments qu'ils ont appris pendant leur jeunesse... Au nom d'eux, et du mien, merci.

Je viens de poser une affiche de recrutement chez une luthière à Pertuis (Martine Aguila). Une photo avec le chef adjoint aux commandes permet de voir l'orchestre au complet. Voir ces vingt-cinq personnes prendre du plaisir à jouer ensemble est ma meilleure récompense.

Amitiés

Image
Chef de l'Orchestre de 2e cycle AMA Pays d'Aix
2018-2019:Symph.82 Haydn, Mozart, Tchaikovsky, Händel, et autres. 17 postes à pourvoir.
http://www.meetup.com/AIXLSO

Avatar du membre
Cello-mania
Messages : 148
Enregistré le : mer. déc. 13, 2017 7:23 pm
Localisation : Aix

Re: Orchestre de l'AMA à Aix-en-Provence le 02 juin 2018

Message par Cello-mania » sam. juin 09, 2018 12:45 pm

Juste une question,

Pourquoi les vents sont ils placés sur la droite du demi cercle ? Il y a une raison particulière ?

Dans notre orchestre régional des pays de Savoie ( effectif similaire ils sont au fond )

Merci pour ta réponse

Image
Modifié en dernier par Cello-mania le dim. juin 10, 2018 8:24 am, modifié 1 fois.

Avatar du membre
daguero
Messages : 1904
Enregistré le : dim. mai 09, 2010 11:11 pm
Localisation : Aix-en-Provence en semaine, Saint-Germain-en-Laye les WE

Re: Orchestre de l'AMA à Aix-en-Provence le 02 juin 2018

Message par daguero » sam. juin 09, 2018 1:06 pm

Cello-mania a écrit :
sam. juin 09, 2018 12:45 pm
Juste une question,

Pourquoi les vents sont ils placés sur la droite du demi cercle ? Il y a une raison particulière ?

Dans notre orchestre des pays de Savoie ( effectif similaire ils sont au fond )

Merci pour ta réponse

Image
Oui. L'église a très peu de profondeur devant l'autel. Du coup, il était difficile de placer 4 clarinettes, 2 flûtes et 1 hautbois au centre. Nous avons donc choisi de mettre au centre sur une ligne unique les deux altos et les deux violoncelles. La flûte à droite était dans la meilleur position d'avoir contact visuel avec moi et avec le continuiste au fond à gauche, sans besoin de tourner la tête.

Orchestre de Savoie... Je vous ai écouté en 1990 dirigés par Tibor Varga, quand j'habitais Chambéry.
Chef de l'Orchestre de 2e cycle AMA Pays d'Aix
2018-2019:Symph.82 Haydn, Mozart, Tchaikovsky, Händel, et autres. 17 postes à pourvoir.
http://www.meetup.com/AIXLSO

François 2
Messages : 61
Enregistré le : sam. juin 18, 2005 4:38 am

Re: Orchestre de l'AMA à Aix-en-Provence le 02 juin 2018

Message par François 2 » sam. juin 09, 2018 2:42 pm

Daguero : « Cela me ramène à une réflexion: pour les entrées il ne faut pas compter. Surtout pas. Compter peut le faire un pro, qui a suffisamment d'heures de vol pour compter sans se tromper et entrer au moment juste. Mais quand on est amateur et on a des difficultés techniques, il vaut mieux écouter, beaucoup écouter et entrer par le son des camarades. »

Cello-mania : « Pour l'histoire du comptage, je dirais que c'est au chef de lancer les instruments ou pupitres dans les moments un peu critiques. Dans mon expérience d'orchestre professionnel, je comptais pour me préparer à jouer, mais le moment précis de l'attaque c'est toujours le chef qui l'indique. Du coup c'est beaucoup plus confortable pour nous musiciens. »

Oui, pour les entrées après plusieurs mesures de silence, on doit pouvoir compter (c’est le cas de le dire…) à la fois sur soi-même et sur le chef. Dans le cas de la pièce de Rameau, ce n’est pas exactement la même chose : il s’agit d’une erreur de comptage à l’intérieur même de la première phrase du basson/violoncelle. Alors compter ou jouer à la feuille ?

Les musiciens professionnels ou les amateurs expérimentés n’ont pas de problème pour faire les deux en même temps. Ce n’est pas la même chose pour des amateurs ayant peu de pratique de l’orchestre. On a travaillé son instrument seul, on a éventuellement joué son petit solo en audition de conservatoire ou d’école de musique accompagné par un(e) pianiste qui nous suit gentiment, y compris dans nos maladresses (accélération ou rallenti intempestif) de tempo.
Quand on arrive à l’orchestre, il faut gérer une foule de paramètres : la première impression c’est que les autres font exprès de jouer fort pour nous empêcher de nous entendre nous-même. On doit maîtriser les difficultés instrumentales. Il faut en plus regarder à la fois la partition et le chef. On est vite perdu, d’autant que la machine ne s’arrête pas si on s’est trompé.
Compter les temps, les noires et les doubles croches, c’est évidemment nécessaire, mais il faut que ça devienne comme un réflexe, sinon on a tendance à se concentrer la-dessus et à ne pas entendre ce qui se passe autour, l’ensemble dans lequel on doit se fondre. Il faut du temps pour intégrer tous ces paramètres. Un chef m’avait donné un tuyau : écouter un enregistrement partition en main (c’est aujourd’hui encore plus facile avec tout ce qu’on peut trouver sur internet), et chanter ou du moins fredonner sa partie, en étant ainsi libéré du souci de l’instrument.
L’orchestre, c’est vraiment le lieu où un musicien amateur peut se réaliser. On sait bien qu’on ne jouera jamais en soliste le concerto de Dvorak… Mais dans un orchestre, on partage le plaisir de la musique avec les autres, et on vise à transmettre ce sentiment à un auditoire.
En ce sens, le projet de Daguero est éminemment positif, et de toute évidence il y réussit plutôt bien.

Avatar du membre
daguero
Messages : 1904
Enregistré le : dim. mai 09, 2010 11:11 pm
Localisation : Aix-en-Provence en semaine, Saint-Germain-en-Laye les WE

Re: Orchestre de l'AMA à Aix-en-Provence le 02 juin 2018

Message par daguero » sam. juin 09, 2018 3:16 pm

François 2 a écrit :
sam. juin 09, 2018 2:42 pm
Daguero : « Cela me ramène à une réflexion: pour les entrées il ne faut pas compter. Surtout pas. Compter peut le faire un pro, qui a suffisamment d'heures de vol pour compter sans se tromper et entrer au moment juste. Mais quand on est amateur et on a des difficultés techniques, il vaut mieux écouter, beaucoup écouter et entrer par le son des camarades. »

Cello-mania : « Pour l'histoire du comptage, je dirais que c'est au chef de lancer les instruments ou pupitres dans les moments un peu critiques. Dans mon expérience d'orchestre professionnel, je comptais pour me préparer à jouer, mais le moment précis de l'attaque c'est toujours le chef qui l'indique. Du coup c'est beaucoup plus confortable pour nous musiciens. »

Oui, pour les entrées après plusieurs mesures de silence, on doit pouvoir compter (c’est le cas de le dire…) à la fois sur soi-même et sur le chef. Dans le cas de la pièce de Rameau, ce n’est pas exactement la même chose : il s’agit d’une erreur de comptage à l’intérieur même de la première phrase du basson/violoncelle. Alors compter ou jouer à la feuille ?

Les musiciens professionnels ou les amateurs expérimentés n’ont pas de problème pour faire les deux en même temps. Ce n’est pas la même chose pour des amateurs ayant peu de pratique de l’orchestre. On a travaillé son instrument seul, on a éventuellement joué son petit solo en audition de conservatoire ou d’école de musique accompagné par un(e) pianiste qui nous suit gentiment, y compris dans nos maladresses (accélération ou rallenti intempestif) de tempo.
Quand on arrive à l’orchestre, il faut gérer une foule de paramètres : la première impression c’est que les autres font exprès de jouer fort pour nous empêcher de nous entendre nous-même. On doit maîtriser les difficultés instrumentales. Il faut en plus regarder à la fois la partition et le chef. On est vite perdu, d’autant que la machine ne s’arrête pas si on s’est trompé.
Compter les temps, les noires et les doubles croches, c’est évidemment nécessaire, mais il faut que ça devienne comme un réflexe, sinon on a tendance à se concentrer la-dessus et à ne pas entendre ce qui se passe autour, l’ensemble dans lequel on doit se fondre. Il faut du temps pour intégrer tous ces paramètres.
Oui,c'est vrai.

Je leur ai expliqué qu'en orchestre, on entend les camarades à côté mais pas les autres, que c'était normal, et que mes bras donnaient un repère visuel qui remplace le repère auditif manquant. J'ai changé mon style de direction -qui était adapté à des choristes semipros - , à un nouveau style plus solfège, moins expressif et moins dynamique, mais beaucoup plus sécurisant par l'instrumentiste intermédiaire.

Je leur ai fait faire cet exercice: regarder la partition, la jouer, et de me dire combien de doigts je montrais avec ma main droite pendant qu'ils jouaient. Ils comprenaient alors très vite que s'ils levaient le pupitre pour couvrir la vision de mes bras avec la partie supérieure de leur vision périphérique, ils arrivaient à faire les deux.

Dans d'autres répétitions, certains démarraient quand je levais mes mains pour "charger l'énergie", au lieu de démarrer lorsque je les baissais ("décharger") pour jouer le premier temps.

Dans d'autres répétitions, je devais leur supplier de ne pas marquer le tempo avec le pied comme les jazzmen. J'arrêtais la phrase dans le Rameau en levant ma main gauche, et ceux qui marquaient du pied sans me regarder, faisaient une entrée anticipée. Et impossible de faire un tempo rubato.

Dans plusieurs oeuvres, certains raccourcissaient le dernier temps de la mesure, ce qui faisait sonner les phrases comme pas "finies", en plus d'accélérer le tempo.
Un chef m’avait donné un tuyau : écouter un enregistrement partition en main (c’est aujourd’hui encore plus facile avec tout ce qu’on peut trouver sur internet), et chanter ou du moins fredonner sa partie, en étant ainsi libéré du souci de l’instrument.
Excellent tuyau. En tant qu'élève violoncelliste, j'ai l'habitude de travailler mes oeuvres avec des enregistrements sur YouTube, c'est la seule manière d'être prêt pour le concert. Travailler la 29e de Mozart avec la version de Klemperer avec la Philharmonia de Londres a été très instructif; même le 2e mouvement avait des pièges. D'abord, je l'ai fait en lisant, puis avec le violoncelle.

Quand c'est moi qui fait les partitions, je génère toujours le MP3 à un tempo pas trop rapide, qui servira de fichier de travail pour s'accoutumer à l'orchestre. J'ai même fait des MP3 de travail pour mes violons II, où la partie de violon II était jouée par le piano.
L’orchestre, c’est vraiment le lieu où un musicien amateur peut se réaliser. On sait bien qu’on ne jouera jamais en soliste le concerto de Dvorak… Mais dans un orchestre, on partage le plaisir de la musique avec les autres, et on vise à transmettre ce sentiment à un auditoire.
Je partage ces propos...
En ce sens, le projet de Daguero est éminemment positif, et de toute évidence il y réussit plutôt bien.
Merci de cet encouragement, je transmettrai à mes camarades... :)
Chef de l'Orchestre de 2e cycle AMA Pays d'Aix
2018-2019:Symph.82 Haydn, Mozart, Tchaikovsky, Händel, et autres. 17 postes à pourvoir.
http://www.meetup.com/AIXLSO

Répondre