Page 1 sur 2

Enseigner le solfège

Posté : dim. oct. 14, 2018 12:33 pm
par lamajeur
Pour une fois c'est pas moi qui cafte :lol:
Image

Re: Enseigner le solfège

Posté : dim. oct. 14, 2018 12:55 pm
par JBap
L'enseignement du solfège en France est certes loin d'être parfait (bien que beaucoup d'efforts ont été faits ces 20 dernières années), mais vivant en Allemagne, je me rends compte qu'il n'est pas dénué d'avantages. Nous sommes globalement bien meilleurs en déchiffrage, et bien plus précis en ce qui concerne le rythme. Je m'en rends compte régulièrement, lors par exemple de séances de travail sur des partitions de musique contemporaine avec des rythmes (très) compliqués: mon réflexe acquis en France est de lire une fois le passage à haute voix en prenant une pulsation, et en 5min c'est réglé, pendant que ceux n'ayant pas reçu cette instruction théorique française galèrent 30min avec leur instrument.

Re: Enseigner le solfège

Posté : dim. oct. 14, 2018 5:44 pm
par lamajeur
JBap a écrit :
dim. oct. 14, 2018 12:55 pm
mon réflexe acquis en France est de lire une fois le passage à haute voix en prenant une pulsation, et en 5min c'est réglé, pendant que ceux n'ayant pas reçu cette instruction théorique française galèrent 30min avec leur instrument.
Merci :D tu me diras combien je te dois :lol:

Re: Enseigner le solfège

Posté : dim. oct. 14, 2018 6:24 pm
par Cello-mania
Quel sont les aspects du solfège abordé dans cette ouvrage ?

Le Solfège c'est large, et il n'est pas enseigné de la même manière d'un conservatoire à l'autre.
Es-ce une enquête sociologique et statistique ou un récit d'expérience vécu ?

Re: Enseigner le solfège

Posté : dim. oct. 14, 2018 7:05 pm
par lamajeur
Dernière de couv :
Témoignage d'usager pour l'amélioration de l'enseignement de la musique en France

Murielle Radault relate son expérience d'usager des conservatoires parisiens depuis plus de quinze ans. Ravie de l'enseignement instrumental, elle dresse en revanche un bilan sans concession de l'enseignement actuel du solfège : sa place excessive, son opacité, son inadaptation et sa violence découragent les vocations des enfants. Dans bien des cas, l'apprentissage de la musique en conservatoire est devenu un parcours du combattant.

Elle propose de remédier à cela par l'adoption de mesures simples et facilement applicables, qui offrent la part belle à l'essentiel : la pratique musicale.

À l'usage des parents désireux d'inscrire leur enfant dans un cursus musical, mais aussi des enseignants qui trouveront des propositions concrètes pour l'amélioration de la formation musicale.

Redonnons leur chance à tous les enfants qui le souhaitent d'apprendre la musique dans de bonnes conditions !


J'ai une élève adulte qui a abordé le chiffrage des accords en fin de 1er cycle 1ere année avec pour but de faire des arrangements (Sic), au passage en 2eme année les 3/4 des élèves était partis ailleurs. Le tout dans un conservatoire de Banlieue Parisienne. :oops:
Obligé de reprendre le b a ba, ou plutôt le une-deux :lol:

Re: Enseigner le solfège

Posté : dim. oct. 14, 2018 7:14 pm
par MarcoR
Je n'arrive pas à comprendre ta position sur le sujet lamajeur au final :lol: Tu es d'accord avec le constat ? Pas d'accord ? Ton élève en est où :?:

Re: Enseigner le solfège

Posté : dim. oct. 14, 2018 7:24 pm
par rostropo
Bonjour,

je n'ai pas lu cet ouvrage et je pense effectivement qu'il a des choses à revoir dans l'enseignement musical. Mais pour ma part j'ai commencé la musique uniquement par la pratique avec un prof particulier. On ne faisait que jouer, c'est vrai que c'était plaisant. J'ai assez rapidement stagné et arrêté de progresser. Plus tard j'ai poursuivi un cursus en conservatoire: instrument et formation musicale (le terme politiquement correct pour solfège!!), et ai décroché un CEM il y a un an.
Le fait d'avoir commencé l'apprentissage sans les bases m'a finalement laissé avec de gros problèmes de rythme et a nuit à ma progression. C'est vrai que connaître les différentes tonalités, les tons voisin, les relatives majeure ou mineure, savoir lire en clé de sol, de fa, ut 3 et ut 4 et ut 1, les chiffrages des accords avec les différents renversements, les règles de transposition a vue n'est pas utiles tout les jours dans la pratique, mais des fois tout de même cela aide a comprendre ce que l'on joue.

Re: Enseigner le solfège

Posté : dim. oct. 14, 2018 11:52 pm
par JBap
rostropo a écrit :
dim. oct. 14, 2018 7:24 pm
j'ai poursuivi un cursus en conservatoire: instrument et formation musicale (le terme politiquement correct pour solfège!!)
Pas vraiment, le terme a évolué avec les réformes. Lorsque le chant et l'instrument ont fait leur entrée dans les classes de solfège (pour le déchiffrage, la transposition), la locution "formation musicale" a remplacé "solfège", car le solfège à proprement parler (lecture de notes, de rythmes, dictées...) est devenu une partie du cours complet de formation musicale.

Re: Enseigner le solfège

Posté : lun. oct. 15, 2018 7:34 am
par lamajeur
Le cours de solfège a été rebaptisé "cours de formation musicale" à la suite d'une réforme de l'enseignement spécialisé de la musique datant de 1977 (ministère de la culture).

Re: Enseigner le solfège

Posté : lun. oct. 15, 2018 10:12 pm
par rostropo
Bonjour,

merci pour la clarification entre "solfège" et "formation musicale".
Mais pour avoir commencé la musique sans l'un ni l'autre, je me rends compte maintenant que j'ai des lacunes dans ma pratique. Et ces lacunes sont difficiles à combler....

Re: Enseigner le solfège

Posté : lun. oct. 15, 2018 11:29 pm
par cello50
rostropo a écrit :
lun. oct. 15, 2018 10:12 pm
... Et ces lacunes sont difficiles à combler...
Et oui ... idem ...

Re: Enseigner le solfège

Posté : mar. oct. 16, 2018 10:50 am
par lamajeur
J'ai fini ce livre très acerbe, mais juste. En effet, cela boucle sur le manque de visibilité des programmes, ainsi que sur les méthodes pédagogiques. Je serai preneur des programmes si certains élèves les possèdent.
Au début Jbap a écrit ces mots : ceux n'ayant pas reçu cette instruction théorique française galèrent 30min avec leur instrument.
Combien de fois je vois des élèves essayant de mettre en place des rythmes, doigtés sans tenir compte une seule seconde de l'archet, alors que d'autres maitrisant le dimensionnement de l'archet posaient sans difficulté leur rythme, faisant fi du tiré-poussé ...

Re: Enseigner le solfège

Posté : mar. oct. 16, 2018 12:34 pm
par Cello-mania
A titre indicatif et pour compléter ce post je vous donne la pédagogie pratiquer dans notre conservatoire Savoyard que je trouve plutôt bonne :

- 30 à 40 min d'instrument en cours individuel.
- 1 heure de solfège ( ou formation musical ) - Obligatoire
- 1 H 30 d'orchestre avec plusieurs concerts à jouer dans l'années (dès la 2ème année d'instrument) - Egalement Obligatoire.

Je trouve que c'est un bonne équilibre de formation et les élèves ne semblent souffrir de se programme alléger "en solfège".

Si je pouvais revenir en arrière je choisirai certainement cette méthode d'enseignement. Celle que j'ai connu dans les Années 80, avec ces 2 heures hebdomadaire de solfège par semaine menées au pas de course ne m'a pas laissé un souvenir transcendant. A cette époque également il fallait attendre le 3 cycle pour jouer en ensemble ( une aberration ).

Je n'ai pas lu le livre mais je comprend ce qu'en à décrit #Lamajeur et partage plutôt son point de vu.

Re: Enseigner le solfège

Posté : mar. oct. 16, 2018 1:00 pm
par MarcoR
lamajeur a écrit :
mar. oct. 16, 2018 10:50 am

Combien de fois je vois des élèves essayant de mettre en place des rythmes, doigtés sans tenir compte une seule seconde de l'archet, alors que d'autres maitrisant le dimensionnement de l'archet posaient sans difficulté leur rythme, faisant fi du tiré-poussé ...
Est-ce que ce ne sont deux aspects différents : comprendre un rythme d'une part et d'autre part, savoir ce qu'il requiert au niveau des proportions de l'archet ? Même quelqu'un maitriserait parfaitement le dimensionnement de son archet serait bien embêté devant un rythme qu'il ne sait pas concevoir... Idem pour les doigtés, l'archet ne résous pas une main gauche défaillante, si ?

Re: Enseigner le solfège

Posté : mar. oct. 16, 2018 3:41 pm
par JBap
lamajeur a écrit :
mar. oct. 16, 2018 10:50 am
J'ai fini ce livre très acerbe, mais juste. En effet, cela boucle sur le manque de visibilité des programmes, ainsi que sur les méthodes pédagogiques. Je serai preneur des programmes si certains élèves les possèdent.
Au début Jbap a écrit ces mots : ceux n'ayant pas reçu cette instruction théorique française galèrent 30min avec leur instrument.
Combien de fois je vois des élèves essayant de mettre en place des rythmes, doigtés sans tenir compte une seule seconde de l'archet, alors que d'autres maitrisant le dimensionnement de l'archet posaient sans difficulté leur rythme, faisant fi du tiré-poussé ...
Nous ne parlons pas du même profil de personne :) moi je parle de grands élèves, parfois même de collègues, qui maîtrisent leur instrument. Et même, quelque soit le niveau, selon mon expérience il est indispensable pour un travail rapide de pouvoir dans un premier temps lire le rythme à haute voix en prenant une pulsation, et une fois que c'est clair dans la tête, l'adapter à l'instrument est beaucoup plus aisé.