Marie-Elisabeth Hecker, violoncelle

Vous recherchez, vous souhaitez annoncer ou rendre compte d'un concert, d'un festival...
Répondre
Jean-Luc
Messages : 89
Enregistré le : dim. oct. 10, 2004 6:16 pm
Localisation : 91

Marie-Elisabeth Hecker, violoncelle

Message par Jean-Luc » jeu. mars 15, 2007 11:11 am

jeudi 15 mars 2007 à 12h30
Marie-Elisabeth Hecker, violoncelle
Alexander Schimpf, piano

Brahms
Deuxième sonate en fa majeur opus 99

Schubert
Sonate en la mineur D. 821, Arpeggione

Ce concert est enregistré par France Musique

Marie-Elisabeth Hecker, violoncelle

Née en 1987 à Zwickau, elle commence le violoncelle à l'âge de cinq ans au conservatoire Robert Schumann. Depuis 2001, elle étudie avec Peter Bruns au conservatoire Carl-Maria von Weber de Dresde. Marie-Elisabeth Hecker a suivi les masterclasses de Steven Iserlis, Leonid Gorokhov, Daniel Hope, Paul Watkins et Jonathan Tunnel.

Elle a remporté, chaque année depuis 1999, un premier prix au Concours national allemand «Jungend musiziert». En 2001, elle reçoit un premier prix ainsi que le prix spécial du jury au concours international Dotzauer à Dresde et en 2005, elle remporte le premier grand prix et deux prix spéciaux au concours international de violoncelle Rostropovitch à Paris.

Elle joue régulièrement en Allemagne, aux Pays-Bas et aux Etats-Unis. En 2004, elle enregistre à Berlin la sonate de Kodàly.

Elle joue un violoncelle italien Bajoni de 1864.

C’est son premier récital en France.

Alexander Schimpf, piano

Né en 1981 à Göttingen, il commence l’étude du piano à l’âge de huit ans auprès de Wolfgang Manz à Hanovre et Winfried Apel à l’académie de musique Weber de Dresde. Depuis 2003, il suit les cours de Bernd Glemser à l’académie de musique de Würzburg. Il a suivi les masterclasses de Karl-Heinz Kämmerling, Peter Feuchtwanger, Pavel Gililov et du trio Jean Paul.

Il remporte de nombreuses distinctions dont le premier prix des concours Robert Schumann de Zwickau et Grotrian-Steinweg de Braunschweig et a reçu le prix révélation du concours international de piano d’Ettlingen.

Il est régulièrement invité à donner des récitals et des concerts de musique de chambre en Allemagne, Italie et Pologne. En 2005, il devient membre de la fondation de musique de chambre allemande « Villa Musica ». Ses partenaires de musique de chambre sont les violoncellistes Marie-Elisabeth Hecker, Martin Ostertag et le pianiste Kalle Randalu.



A tout à l'heure.
Lulu


Y en a qui ont pas encore leur place ? Je le crois pas, mais bon, au cas où ...
louvre.fr

Jean-Luc
Messages : 89
Enregistré le : dim. oct. 10, 2004 6:16 pm
Localisation : 91

Message par Jean-Luc » jeu. mars 15, 2007 5:56 pm

C'était super !
Auditorium du Louvre plein à craquer; moyenne d'âge de l'audience, disons 65 ans; mais, d'après les conversations que j'ai pu entendre, des amateurs et des habitués des séances de 12:30. Pour moi, c'était une première, j'ai été un peu étonné ... Ceci dit, je n'ai pas fait baisser la moyenne d'âge à moi tout seul :)
Apparaissent les deux interprêtes; pas de chichi, professionnels en tout. ME Hecker a merveilleusement joué, avec la partition devant elle, mais comme elle a ses cheveux longs dans les yeux, de toute façon elle ne la voit pas. Elle n'en a pas besoin d'ailleurs, visiblement elle possède les deux sonates par coeur, sans l'ombre d'un souci.
On dirait qu'elle joue ses sonates depuis 40 ans; elle n'en a que 20 ! Mais quelle musicalité, quelle interprétation ! Elle a totalement fait passer l'âme de cette musique dans le public, conquis dès les premières mesures.
Toutes les difficultés des deux morceaux ont été effacées, seule l'interprétation qu'elle voulait transmettre apparaissait. Le jeu d'archet, pourtant si difficile sur certains passages (qu'on ne se méprenne pas, je dis ça "de visu" : je ne les jouerai pas pour ma part avant longtemps ...) était vraiment maîtrisé, ce qui tranparaissait c'était sa volonté de faire varier les intonations à l'infini, de bien mettre en valeur les différentes voix, de communiquer sa façon de ressentir ces sonates.
C'est une grande interprête.
Un superbe Bajoni, avec les filets noircis, beau son, puissant dans les forte, intime dans les passages pianissimo ...
En bis, "Après un rêve" de Fauré. Joli, bien joué, très différemment des deux sonates.
Je n'ai pas parlé du pianiste, ils jouent souvent ensemble, ça se voit, ça s'entend.
C'était joyeux, amusant, frais, beau. Je ne sais plus si je l'ai dit déjà mais j'ai bien aimé ! Qui d'autre a assisté à ce concert ? Variationsrococo ? Ton avis ?
Je n'ai pas regardé s'ils donnaient d'autres concerts. En tous cas, dans l'affirmative, ne les ratez pas !
A+
Lulu
Modifié en dernier par Jean-Luc le ven. mars 16, 2007 10:57 am, modifié 1 fois.

Lettera Amorosa
Messages : 53
Enregistré le : ven. déc. 08, 2006 3:31 pm
Localisation : Lyon

Message par Lettera Amorosa » jeu. mars 15, 2007 9:45 pm

Et bien, si ton témoignage n'est pas de l'amour, je ne sais pas ce que c'est :!:
"La poésie est l'amour réalisé du désir demeuré désir"
René Char

Répondre