Suite pr cello de B. Britten

Le répertoire, les oeuvres pour violoncelle, ...
manly44
Messages : 26
Enregistré le : lun. août 13, 2007 6:17 pm
Localisation : loire atlantique

Suite pr cello de B. Britten

Message par manly44 » jeu. févr. 14, 2008 7:33 pm

Bonjour à tous,
Je travaille actuellement une des "Suites pr Cello de Benjamin Britten". Qui a déjà travaillé ces pièces ? et notamment les 3 derniers mouvements de la IIIè Suite -
A bientôt.
Violoncelle heureux

Avatar du membre
JBap
Modérateur
Messages : 11499
Enregistré le : sam. sept. 10, 2005 12:27 pm
Localisation : Munich (mais de Grenoble !)

Message par JBap » jeu. févr. 14, 2008 7:36 pm

j'ai travaillé la 3ème oui... eh les 3 derniers mvts, garde-les pour la fin justement, c le dessert, ya d'autres trucs plus compliqués avant :lol:
Les critiques sont comme les eunuques : ils savent, mais ne peuvent pas. S. Guitry

manly44
Messages : 26
Enregistré le : lun. août 13, 2007 6:17 pm
Localisation : loire atlantique

Message par manly44 » jeu. févr. 14, 2008 9:50 pm

JBap a écrit :j'ai travaillé la 3ème oui... eh les 3 derniers mvts, garde-les pour la fin justement, c le dessert, ya d'autres trucs plus compliqués avant :lol:
Merci de me répondre, en effet il y a plus difficile mais cela fait 2 ans et demi que je reprends le cello après une très longue interruption (au moins 25 ans). Mais, bon, mon prof. (qui est en vacances) me l'a donnée à travailler. Il y a qq mesures qui me laisse perplexe. Ds le dernier mouvement, la mesure est à 2/2. Or il y a des mesures avec 11 noires, une autre mesure avec 6 noires, 1 ronde et 1 blanche. Puisque j'ai une mesure à 2/2 comment jouer ces mesures ? Merci de ta réponse.
Violoncelle heureux

Avatar du membre
JBap
Modérateur
Messages : 11499
Enregistré le : sam. sept. 10, 2005 12:27 pm
Localisation : Munich (mais de Grenoble !)

Message par JBap » jeu. févr. 14, 2008 11:40 pm

Le 2/2 est entre parenthèses, il n'est qu'indicatif. Toutes ces mesures sont telles un récitatif, un peu comme une psalmodie. Les rythme ne sont là que pour guider l'agogisme nécessaire à l'interprétation de ce dernier mouvement, pour garder un rapport de valeurs, savoir sur quelle note s'appuyer. Pour travailler, mets le métronome à la noire... assez vite, genre 180-220 (enfin c'est à-peu-près le tempo que ça devrait avoir, mais ensuite il faudra trouver de la liberté dans le discours une fois les rapports de valeurs intégrés).
PS : l'agogisme, au cas où tu saurais pas ce que c'est, c'est en qq sortes l'art de se libérer des contraintes rythmiques, tout en respectant le rythme... hihi oui c'est pas clair, mais c'est ça !
Les critiques sont comme les eunuques : ils savent, mais ne peuvent pas. S. Guitry

perrinou69
Messages : 2317
Enregistré le : mar. août 01, 2006 11:25 am
Localisation : Lyon

Message par perrinou69 » ven. févr. 15, 2008 11:01 pm

JBap a écrit : PS : l'agogisme, au cas où tu saurais pas ce que c'est, c'est en qq sortes l'art de se libérer des contraintes rythmiques, tout en respectant le rythme... hihi oui c'est pas clair, mais c'est ça !
Merci Jbap, je vais le retenir l'agogisme!!!
Je vais même en parler au boulot pour la productivité horaire qu'on nous impose : je vais leur dire que je suis agogiste!!! Haut et fort!
(merci du fond du coeur, j'aime bien apprendre de nouveau mots!)

Avatar du membre
JBap
Modérateur
Messages : 11499
Enregistré le : sam. sept. 10, 2005 12:27 pm
Localisation : Munich (mais de Grenoble !)

Message par JBap » sam. févr. 16, 2008 2:19 am

C'est un anglicisme en fait... "agogism" en anglais, mais on n'a pas d'équivalent... Plus sérieusement, je dirais que l'agogisme, c'est l'art d'organiser le rythme de façon expressive, et ce dans le cadre d'une pulsation aussi large que possible mais régulière.
Les critiques sont comme les eunuques : ils savent, mais ne peuvent pas. S. Guitry

Avatar du membre
lilla mu
Messages : 1885
Enregistré le : ven. mars 24, 2006 2:46 pm
Localisation : Clermont-Ferrand

Message par lilla mu » sam. févr. 16, 2008 2:34 am

tu es sûr que c'est un anglicisme ? On utilise bien ce mot pour la musique grégorienne ? le "rythme" est appelé l'agogique il me semble.

Avatar du membre
JBap
Modérateur
Messages : 11499
Enregistré le : sam. sept. 10, 2005 12:27 pm
Localisation : Munich (mais de Grenoble !)

Message par JBap » sam. févr. 16, 2008 2:43 am

C'est même pas dans le dictionnaire... http://www.cnrtl.fr/lexicographie/agogisme ... mais ça n'y est pas non plus dans le dictionnaire anglais. En fait "agogisme" n'existe pas je crois, seul existe "agogique"... on parlera donc de procédé agogique ! C'est bien les recherches...
Les critiques sont comme les eunuques : ils savent, mais ne peuvent pas. S. Guitry

Avatar du membre
lolec
Messages : 2823
Enregistré le : mer. juil. 26, 2006 8:52 pm
Localisation : lot et garonne monflanquin
Contact :

Message par lolec » sam. févr. 16, 2008 9:23 am

allez, pour illustrer ce joli mot et pour confronter mon avis aux votres afin de m'enrichir, c'est ce qu'a fait Casals avec les suites???!! :oops: :wink:
"je suis de plus en plus convaincu que la source profonde de toute grande entreprise doit être la force morale et la bonté"
Pablo CASALS

Avatar du membre
JBap
Modérateur
Messages : 11499
Enregistré le : sam. sept. 10, 2005 12:27 pm
Localisation : Munich (mais de Grenoble !)

Message par JBap » sam. févr. 16, 2008 11:05 am

? je pige pas
Les critiques sont comme les eunuques : ils savent, mais ne peuvent pas. S. Guitry

Avatar du membre
Emmanuel B.
Modérateur
Messages : 2493
Enregistré le : mar. nov. 29, 2005 12:24 am
Localisation : Basses Alpes
Contact :

Message par Emmanuel B. » sam. févr. 16, 2008 1:53 pm

Dans mon encyclopédie Larousse, il y a le terme agogique, dont voici la définition :

"Terme désignant la modification de rapidité ou de lenteur apportée à un tempo musical."

On en est pas loin. ;)
Il y a aussi Maisky, qui aime faire ça dans les suites de Bach.

Avatar du membre
solène
Messages : 839
Enregistré le : mar. mars 07, 2006 10:41 pm
Localisation : reims

Message par solène » sam. févr. 16, 2008 2:01 pm

JBap : ce qu'a fait casals avec les suites : organiser le rythme de façon expressive, et ce dans le cadre d'une pulsation aussi large que possible mais régulière.

Avatar du membre
JBap
Modérateur
Messages : 11499
Enregistré le : sam. sept. 10, 2005 12:27 pm
Localisation : Munich (mais de Grenoble !)

Message par JBap » sam. févr. 16, 2008 3:34 pm

Non mais tout musicien fait cela, ça fait partie intégrante de l'expressivité, je comprends pas bien pourquoi on parle de Casals mais bon.
Quant aux définitions des dictionnaires concernant le terme "agogique" (que firefox me souligne comme un mot qu'il ne reconnaît pas lol), j'ai aussi regardé, mais c'est inexact, trop vague, ça ne veut pas dire grand chose. J'ai la prétention de détenir une meilleure définition :lol:
Les critiques sont comme les eunuques : ils savent, mais ne peuvent pas. S. Guitry

Avatar du membre
Emmanuel B.
Modérateur
Messages : 2493
Enregistré le : mar. nov. 29, 2005 12:24 am
Localisation : Basses Alpes
Contact :

Message par Emmanuel B. » sam. févr. 16, 2008 3:59 pm

Je disais ça pour montrer la définition allait dans ton sens, même si tu es plus précis en effet.

Mais je me pose une question :

Pour jouer seul, ce n'est pas problème de pratiquer l'agogisme. Mais comment fait un soliste dans un concerto ? Là, ça peut rapidement devenir le bordel ... :roll:

Avatar du membre
JBap
Modérateur
Messages : 11499
Enregistré le : sam. sept. 10, 2005 12:27 pm
Localisation : Munich (mais de Grenoble !)

Message par JBap » sam. févr. 16, 2008 4:02 pm

Et ben non... c'est là tout l'Art d'avoir un discours agogique ! Trouver la liberté maximale que le discours offre... Si ça devient le bordel, c'est que tu n'as pas bien intégré le discours. Ou que tu joues avec un mauvais orchestre :lol:
Mais puisque tu parles d'orchestre, le travail là est un peu différent, il faut prendre l'orchestre comme une masse possédant énormément d'inertie, et tu ne peux pas jouer comme tu jouerais avec un pianiste, bcp plus flexible. Mais même dans un cadre aussi défini, on peut trouver une infinie liberté...
Les critiques sont comme les eunuques : ils savent, mais ne peuvent pas. S. Guitry

Répondre