Déja 5 ans.

Tout ce qui concerne la lutherie, l'archeterie, les cordes, les étuis, la colophane...
Répondre
Avatar du membre
wolf note
Messages : 3067
Enregistré le : lun. avr. 07, 2008 10:51 pm
Localisation : Lisbonne
Contact :

Déja 5 ans.

Message par wolf note » ven. juil. 13, 2018 11:49 am

Il y a cinq ans disparaissait mon maître Etienne Vatelot, une pensée pour lui aujourd´hui, lui qui a fait tant pour moi en me sortant de ma crasse d´autodidacte.
https://www.casimages.com/a/jJrRP

MarcoR
Messages : 399
Enregistré le : mar. déc. 20, 2016 1:11 pm

Re: Déja 5 ans.

Message par MarcoR » sam. juil. 14, 2018 10:34 am

Qui est le jeune qui montre au maître un instrument ? Est-ce que c'est toi ?

Avatar du membre
Marc Genevrier
Messages : 72
Enregistré le : jeu. janv. 29, 2015 12:51 pm
Localisation : Nîmes
Contact :

Re: Déja 5 ans.

Message par Marc Genevrier » sam. juil. 14, 2018 10:54 am

Euh, je crois que le jeune qui tient l'instrument, c'est Vatelot lui-même ! :D Christian nous dira qui est l'honorable monsieur moustachu à ses côtés. Son père ?

Christian, est-ce que tu aurais le temps et l'envie de nous dire quelque chose sur cette relation maître-apprenti, sur la transmission, etc. Au-delà des aspects techniques, qu'est-ce qui te reste de lui, par exemple ?
Tu sais que je n'ai pas eu de maître, je suis aussi trop vieux pour en avoir un maintenant, donc je me débats tout seul dans ma crasse d'autodidacte ( :D ), mais à l'époque où l'on reparle enfin d'apprentissage dans ce pays, ce serait intéressant.

Orliac
Messages : 199
Enregistré le : ven. nov. 21, 2014 10:44 am

Re: Déja 5 ans.

Message par Orliac » sam. juil. 14, 2018 11:19 am

C'était en été 1976. Ivry Gitlis était à Tulle pour un concert. J'étais allé le voir à son hôtel et je lui avais présenté un de mes premiers violons (fort médiocre à mon sens). Il l'avait joué et m'avait dit avec enthousiasme que je devais aller travailler chez Vatelot, qu'il allait lui téléphoner pour qu'il m'accueille... Je n'ai pas donné suite, car c'était trop compliqué sur le plan familial. J''ai raté ainsi l'occasion d'une vie, celle d'avoir un véritable maître et de sortir de ma crasse originelle.

MarcoR
Messages : 399
Enregistré le : mar. déc. 20, 2016 1:11 pm

Re: Déja 5 ans.

Message par MarcoR » sam. juil. 14, 2018 11:21 am

Marc Genevrier a écrit :
sam. juil. 14, 2018 10:54 am
Euh, je crois que le jeune qui tient l'instrument, c'est Vatelot lui-même ! :D Christian nous dira qui est l'honorable monsieur moustachu à ses côtés. Son père ?

Christian, est-ce que tu aurais le temps et l'envie de nous dire quelque chose sur cette relation maître-apprenti, sur la transmission, etc. Au-delà des aspects techniques, qu'est-ce qui te reste de lui, par exemple ?
Tu sais que je n'ai pas eu de maître, je suis aussi trop vieux pour en avoir un maintenant, donc je me débats tout seul dans ma crasse d'autodidacte ( :D ), mais à l'époque où l'on reparle enfin d'apprentissage dans ce pays, ce serait intéressant.
Ah ok :lol:

Oui, dis nous en plus wolf !

Avatar du membre
wolf note
Messages : 3067
Enregistré le : lun. avr. 07, 2008 10:51 pm
Localisation : Lisbonne
Contact :

Re: Déja 5 ans.

Message par wolf note » dim. juil. 15, 2018 7:34 pm

Sur la photo,il s’agit de Marcel Vatelot, son père, un très grand luthier lui aussi (chez qui Saint-Saens venait diner, à l´étage, où se trouve maintenant l´atelier, c´était à l´époque la salle à manger. L´atelier occupait seulement le rez-de-chaussée) Il était présent le soir de la création du Sacre du Printemps, Étienne, lui, était très bienveillant avec ses assistants, il cherchait à leur communiquer le plus de connaissances possible en expertise. Tous les clients pour qui nous travaillions nous connaissaient, et de ce côté là c’était extraordinaire, Rostropovitch, Ferras, Menuhin, Stern, Suk, Perlman, Grapelli , Schung, Yo yo Ma, Maazel, et d’autres. Je me souviens, une fois, un vieux monsieur m’a dit qu’il était le beau-frère de Joséphine Baker, je l’ai cru gaga, en fait il s’agissait de Gabriel bouillon,frère de Jo bouillon, mari de Joséphine Baker. J’ai même eu, dans cet atelier, la possibilité de restaurer le violon .......... d’Ingres! Travailler là, c´était côtoyer l´histoire.
Techniquement, j’ai surtout appris mon métier chez Jean Schmitt , chez qui l’ambiance était beaucoup plus dure, et où nous étions coupés des clients, sans doute pour ne pas lui faire de concurrence plus tard. Toutefois Étienne Vatelot m’a appris ce qui était véritablement l’essence de notre métier : les salles de concert et la musique .

Répondre