Revue n° 0 - Avril 2001

Éditorial

[...]On y trouve des interviews de Janos Starker, l'inspirateur de notre jeune association, et de Nelly Pasquier. Sylvette Milliot, violoncelliste et musicologue, évoque le souvenir de Maurice Maréchal, Raphaël Sommer, celui de Tortelier, tandis que Philippe Muller et Annie Cochet inaugurent respectivement nos rubriques que nous consacrerons régulièrement à une oeuvre du répertoire et à la pédagogie.
Par la suite, nous amplifierons notre magazine en y développant d'autres sections, comme la lutherie, le coin des enfants et celui des amateurs, "la parole aux compositeurs", une tribune libre, des informations pratiques, le courrier des lecteurs, et un aperçu de l'actualité des concerts, des disques, de l'édition et du répertoire. Très rapidement, nous souhaitons donner la parole à d'autres grandes personnalités du monde du violoncelle, à commencer par Maud Tortelier, Mstislav Rostropovitch et Etienne Vatelot. Et comme nous avons commencé à la faire ici, notre publication sera émaillée de citations extraites d'une revue publiée durant les trois premières décennies du XXe siècle, qui illustrent l'histoire de l'école française du violoncelle.
Des articles sur la musique de chambre ou symphonique, le jazz ou d'autres formes d'expression, voire d'autres instruments à cordes, auront éventuellement leur place puisque au-delà du violoncelle, c'est l'amour de la musique qui anime notre association.[...]

Michel Oriano

Entretien avec Nelly Pasquier

[...]
Jouez-vous toujours du violoncelle?
Tu sais mon chou, je suis un cas! A 88 ans, je joue le concerto de Schumann en entier, mais en m'arrêtant car j'ai mal au pouce!
Pour les 80 ans de Casals à la Sorbonne, on a joué ses Sardagnes. Ensuite, il a lui-même dirigé, très bien d'ailleurs.
(Puis elle prend son instrument pour imiter Casals jouant la sarabande de la 5e Suite de Bach)
Il sucrait les fraises, eh oui! Moi, je la joue sans trembler! Mais là, ce n'est pas mon violoncelle, il est chez le luthier avec un trou dans l'éclisse, il a chuté du fauteuil. J'aimerais bien le voir vite revenir, ils m'ont prêté une crêpe!
Parlez-nous de vos débuts!
J'ai joué du piano car ça faisait chic, c'est un fait, j'étais doué! Mon professeur était Madeleine Panzera, descendante de Baillot, le violoniste. Nous habitions Nancy et mon père, militaire, m'emmenait le dimanche à la salle Poirel. Ce jour-là, jouait le violoncelliste Marcel Hubert venant d'Amérique. Mon père a tellement aimé cet instrument qu'il m'a inscrite au Conservatoire. J'ai donc commencé avec Maurice Moraux, dijonnais lui aussi, comme Maréchal, Lauberte et Feuillard (qui disait d'ailleurs: « A Dijon, il y a un violoncelliste sur chaque pot de moutarde!»)[...]

Propos recueillis par Raphaël Pidoux, fév.2001 

Entretien avec
Janos Starker

Dans le Strad de janvier 89, vous aviez défini quatre types d'enseignement: instructions de base, enseignement curatif ou reconstituant, répertoire et interprétation. Qu'explorez-vous le plus à l'Indiana University Music School de Bloomington?
Surtout les deuxième, troisième et quatrième types. Les bases non, car mes élèves, très doués, appartiennent à la catégorie de ceux qui savent jouer. La reconstruction est nécessaire s'ils ont appris le violoncelle de telle façon qu'ils peuvent avoir des difficultés physiques et musicales ou s'ils ont atteint un certain niveau qu'ils ne peuvent plus développer. Quant à la reconstitution d'un répertoire, elle ne finit jamais. Quel que soit l'élève qui se présente, il ne connaît pas encore toute la littérature musicale, ni la différence entre un bon instrumentiste et un grand, un bon musicien et un grand.. S'il est déjà bon, on essaie d'augmenter ses possibilités. En fait, les différents types d'enseignement s'entremêlent:[...]

Propos recueillis par Anne Lombard  

   

Maurice Maréchal et "le Poilu" 

Oeuvres du répertoire

Les premiers interprètes de la Sonate de Debussy

[...] De retour au front après sa permission, Caplet montre donc à son collègue la sonate de Debussy. Maréchal note laconiquement sur son carnet du 9 juin 1916: « Déchiffré la sonate de Debussy avec Caplet » Mais le lendemain, il écrit à sa mère à ce propos: « Elle est très jolie, le premier temps adorable! » Le travail avance vite et Caplet écrit à Debussy pour demander ses conseils. Voici la réponse du compositeur, le 18 juin 1916: « Vous êtes un type étonnant... courageux comme un lion, vous trouvez le moyen d'avoir un piano, un violoncelle, une sonate, de réunir le tout à quelques mètres des boches [...] Quant aux coups d'archet, faites tout ce qu'il vous plaira! La vérité est que chaque violoncelliste trouve un coup d'archet qui lui semble le meilleur... sauf quand ils jouent ensemble dans un orchestre. Je ne crois pas qu'il y ait là de quoi se faire du souci. » [...]

Sylvette Milliot

Pierrot fâché avec la lune
La sonate pour violoncelle et piano de Claude Debussy, achevée en août 1915, fut publiée par Durand en décembre de la même année, et créée à Londres en mars 1916. La France était en guerre. Pourtant, un violoncelliste français, Louis Rosoor, fit beaucoup pour la notoriété de cette oeuvre en la présentant au public accompagnée d'un commentaire descriptif: « Pierrot s'éveille en sursaut [...]
Alors, allusion ou illusion? L'atmosphère de la pièce nous renvoie au rêve, à l'irréel que symbolise fort bien le personnage de Pierrot. Il faut pourtant se garder de considérer cette sonate comme une oeuvre descriptive, ce qui ne correspondrait certainement pas aux intentions de Debussy.


Philippe Muller professeur de violoncelle au C.N.S.M.P


Pédagogie

Amateurs ou futurs professionnels: une même nécessité de travail dans l'excellence

[...] « Débuter » un jeune futur musicien est une responsabilité pour le pédagogue. Si ce débutant devient un professionnel, c'est qu'il aura été bien installé sur son instrument et bien formé et qu'il aura ainsi pu exprimer tout son potentiel de qualités naturelles. [...]
Très tôt il est important de faire prendre conscience aux jeunes que la musique n'est pas une activité solitaire, mais que leur formation musicale est destiné à leur permettre de s'intégrer dans des prestations collectives et ludiques [...]
Cette formation comprendra aussi une éducation de mélomane, c'est à dire une sensibilisation à l'écoute des autres musiciens ou à la fréquentation des concerts.


Annie Cochet professeur de violoncelle au C.S.P et au C.N.R de Toulouse 

Actualité

Célébration de Paul Tortelier à Londres
Concert du vendredi 2 février, Wigmore Hall

Le 18 décembre 1990, le monde de la musique a perdu un grand ambassadeur du violoncelle français, Paul Tortelier.
Célèbre dans les quatre coins du monde, Paul Tortelier, le Montmartrois, est issu de la classe ouvrière, gagnant sa vie adolescent dans les cinémas et brasseries, remportant de nombreux prix au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, hissé sur le pavois de la scène internationale par Richard Strauss, Serge Koussevitsky, Charles Munch, Otto Klemperer et Sir Thomas Beecham, travailleur dans un Kibboutz israélien, père d'une famille musicienne [...]


Raphaël Sommer